Dextilation Brésil : pays du coton et de la broderie…

Après la France, comme qui part loin revient près, je continue l’aventure de TextileAutourDuMonde au Brésil. C’est un pays qui me fait rêver depuis longtemps à cause d’une photo du Parc national des Lençóis Maranhenses découverte sur le net il y a déjà 7 ans…

Le Brésil est l’un des principaux exportateurs mondial de fibre de coton (je vous en dirai plus dans la rubrique agriculture des métiers du TADM avec l’aide des lycéens de l’institut Genech, qui m’accompagnent pour cette étape). La dextilation du TADM dans ce pays sera la rencontre d’agriculteurs brésiliens de l’Etat du Paraïba (dans le Nord-Est du pays) qui cultivent du coton naturellement coloré et travaillent selon les principes de l’agriculture biologique et du commerce équitable.

Le Brésil, c’est aussi le pays de la mode inspirée par la France, des ateliers de confections “bon marché” et de la broderie : autant de métiers qui nous suggérerons quelques détours…

Voici enfin le début du voyage au Brésil où je pars accompagnée de Charlotte, réalisatrice, heureuse (c’est l’impression que j’en ai en tous cas!) de pouvoir partager avec vous notre voyage à travers la photo et la video.

Première semaine au Brésil (du 2 au 5 oct. 2014) : Des brodeuses de Samambaia aux amis du Goias

Oi, tudo bom? (salut, comment ça va?)

Une connexion wifi et un endroit où se poser pour raconter mes premiers jours…

En passant les péripéties de notre embarquement de Bruxelles, nous sommes le mercredi 1er octobre, enfin dans l’avion pour Brasilia! Vu les escales et le nombre d’heures de vol, la fraîcheur de nos visages ne durera pas longtemps… Mais toujours le smile !

avant le décollage à Bruxelles, après avoir manqué le vol pour New York, notre première correspondance, mais avons rattrapé un avion pour Atlanta à 15 minutes près; ce qui nous a évité de perdre notre billet de justesse!

Avant le décollage à Bruxelles, après avoir manqué le vol pour New York, notre première correspondance, mais avons rattrapé un avion pour Atlanta à 15 minutes près; ce qui nous a évité de perdre notre billet de justesse!

Arrivée à Atlanta, juste le temps de prendre l’air avant un autre avion pour Sao Paulo, notre deuxième escale avant l’arrivée à Brasilia.

Arrivée à Atlanta, juste le temps de prendre l’air avant un autre avion pour Sao Paulo, notre deuxième escale avant l’arrivée à Brasilia.

Enfin à Brasilia : première étape du TADM au Brésil, le lendemain de l’atterrissage nous avons rendez-vous avec Leila, la présidente d’une association de brodeuses.

En attendant nous prenons notre marques… Nous débarquons dans la capitale juste après un exceptionnel typhon qui a endommagé le toit de notre appartement. Résultat : pas de connexion wifi et le plafond du salon qui ressemble plutôt à un pommeau de douche mal refermé… Mais pas de panique, les chambres sont au sec!

Et après 24h de vol dans les valises et la barrière de la langue qui nous handicape légèrement pour les palabres, nous n’avons qu’une envie : nous poser et surtout prendre une douche. Cet appartement fera très bien l’affaire! D’autant plus que la propriétaire de l’appartement loué, en dépit de la barrière de la langue, est une perle qui nous fait faire dans sa voiture (malgré notre parfum “chèvre by coco voyage de 24h sans douche et deux escales”) le tour du pâté de maison pour nous indiquer les lieux stratégiques (boulangerie, épicerie et arrêt de bus pour rejoindre le centre ville).

La barrière de la langue parlons en un peu : heureusement que les brésiliens que nous rencontrons sont tous très patients! Je me demande si en France, dans une capitale comme Brasilia, vu notre niveau de compétence en mime, nous aurions été reçues de la même manière…

De la patience il nous en aura fallu aussi pour sortir de l’appartement, assignées à résidence pour cause de pluie torrentielle le soir de notre arrivée. De l’eau jusqu’au bas de caisse des voitures et des éclairs à faire pâlir de jalousie les prédictions de Nostradamus.

Le lendemain matin, grand ciel bleu, enfin dehors!

Vue de la rue de notre appartement à Brasilia

Vue de la rue de notre appartement à Brasilia

Dans la rue impossible de manquer LE sujet du moment : le premier tour des élections présidentielles ont lieu dimanche (et nous sommes vendredi). Des voitures avec haut parleurs pour crier les numéros de références des candidats à préciser au moment du vote, des flyers qui jonchent le sol en veux-tu en voilà et des panneaux à ne plus savoir où donner de la tête.

Les candidats aux présidentielles et législatives (qui ont lieu en même temps)

Les candidats aux présidentielles et législatives (qui ont lieu en même temps)

Et dans notre propre rue déjà comme un avant goût du TextileAutourDuMonde : plusieurs ateliers de confection de petites tailles (on peut y compter du trottoir pas plus de 10 machines à coudre par atelier).

Atelier Carol Confection dans la même rue que notre appartement à Brasilia

Atelier Carol Confection dans la même rue que notre appartement à Brasilia

Atelier Carol Confection où l’on peut admirer les fameux leggings fluo que certaines brésiliennes adorent porter pour faire du shopping et accessoirement parader… heu pardon courir au parc! Dans cette version grand public nous vous épargnerons la tenue intégrale arc-en-ciel à la Emma Peel que nous avons croisé dans un centre commercial…

Atelier Carol Confection où l’on peut admirer les fameux leggings fluo que certaines brésiliennes adorent porter pour faire du shopping et accessoirement parader… heu pardon courir au parc! Dans cette version grand public nous vous épargnerons la tenue intégrale arc-en-ciel à la Emma Peel que nous avons croisé dans un centre commercial…

Nous profitons d’un peu de temps libre le matin avant de rencontrer Leila pour découvrir la ville : premier bus (sans nom d’arrêt ni horaires… mais conducteur et contrôleur très sympas!), premier métro (très moderne, qui me rappelle celui de Barcelone), seules et en portugais pour les indications s’il vous plait!

Nous voilà dans le centre de la ville, juste le temps de visiter quelques monuments incontournables.

En face de la tour de télévision de Brasilia

En face de la tour de télévision de Brasilia

Au pied de la tour de télévision de Brasilia mais de l'autre côté du EU <3 Brasilia...

Au pied de la tour de télévision de Brasilia mais de l’autre côté du EU ❤ Brasilia…

Vue sur le parc S. Kubitschek depuis la tour de télévision

Vue sur le parc S. Kubitschek depuis la tour de télévision

Musée National de Brasilia

Musée National de Brasilia

Cathédrale métropolitaine de Brasilia (dans le top 33 des église les plus originales du monde : http://www.topito.com/top-eglise-originale-insolite )

Cathédrale métropolitaine de Brasilia (dans le top 33 des église les plus originales du monde : http://www.topito.com/top-eglise-originale-insolite )

Le parc Sarah Kubitschek, le central parc de Brasilia, que l’on peut voir sur la vue prise de la tour de télévision

Le parc Sarah Kubitschek, le central parc de Brasilia, que l’on peut voir sur la vue prise de la tour de télévision

Lac du parc Sarah Kubitschek

Lac du parc Sarah Kubitschek

Fin de journée bien remplie, nous allons enfin rencontrer Leila avec qui j’échange par mail depuis déjà 6 mois pour préparer l’interview de brodeuses… Elle nous propose de boire un jus typique du coin (ananas et menthe) dans un bar de surfeurs au sud de la ville au bord du lac Paranoà, un lac artificiel de 48 km² conçu en même temps que la ville (pas de vagues à l’horizon mais des mêmes des planches à vendre et autres accessoires pour homme qui glisse sur eau en forme de montagne).

Pause cocktail (sans alcool, ici c’est tolérance zéro pour les conducteurs, même un chocolat à la liqueur peut vous valoir une amende)

Pause cocktail (sans alcool, ici c’est tolérance zéro pour les conducteurs, même un chocolat à la liqueur peut vous valoir une amende)

Un frangipanier brasilien...

Un frangipanier brasilien…

Après ce verre, Leila nous propose la visite d’une exposition de « tapis conteurs d’histoires » au centre culturel de la banque nationale du Brésil…

Charlotte et Leila en conteuses de tapis

Charlotte et Leila en conteuses de tapis

L’arbre à palabres en tissus  de l'expo des tapis conteurs (j’y ai même trouvé un bout de wax africain) entouré de tout ses tapis

L’arbre à palabres en tissus de l’expo des tapis conteurs (j’y ai même trouvé un bout de wax africain) entouré de tout ses tapis

Le lendemain midi, bye bye Guara, le quartier de notre appartement.

Nous rendons les clés pour aller à l’autre bout de la ville (en tout 1h30 de voiture) retrouver les brodeuses de l’association “As Três Baianinhas (les trois petites bahianaises)” dans le quartier de Samambaia (fougère en brésilien…).

DextilBrasil18

Le groupe des brodeuses venues nous accueillir chez Ray, la coordinatrice du travail des brodeuses

La rencontre était riche en échanges grâce à Leila, improvisée traductrice (un article et une vidéo seront bientôt sur le blog…).

Suzi fait parti du groupe depuis 6 ou 8 ans et pratique la broderie dès qu’elle en a l’occasion. Broder est pour elle une sorte de thérapie qui lui procure une certaine fierté et de la détente…

Suzi fait parti du groupe depuis 6 ou 8 ans et pratique la broderie dès qu’elle en a l’occasion. Broder est pour elle une sorte de thérapie qui lui procure une certaine fierté et de la détente…

La brod'addict attitude...

La brod’addict attitude…

Samedi soir comme beaucoup de Brésiliens en voyage pour aller voter dans leur ville d’origine, nous prenons le bus de la gare routière de Brasilia pour aller à Goiania.

Après un trajet d’environ deux heures en bus pour Goiania, nous arrivons samedi soir chez Fabio et Céline, une amie de Lille partie habiter au Brésil il y a 5 ans déjà…

Entrée dans la cour de la maison de Céline et Fabio

Entrée dans la cour de la maison de Céline et Fabio

Retour du marché de Fabio avec quelques fruits locaux...

Retour du marché de Fabio avec quelques fruits locaux… Tailles de l’avocat et de la papaye impressionnantes!

Dimanche matin, jour de marché! Céline et Fabio nous proposent d’aller au marché alternatif (nourriture bio et artisanat local garanti!) où nous goutons quelques spécialités typiques de l’Etat de Goias (Pain au fromage tout chaud, liqueur de Pitanga, ananas, pomme et bananes séchées…) et faisons un peu de shopping (j’y déniche un poncho tissé à la main qui me sera bien utile dans l’avion…)…

Feria do cerrado (marché du cerrado)

Feria do cerrado (marché du cerrado)

Stand de Dagobert tisserand passionné par son métier

Stand de Dagobert tisserand passionné par son métier : même ses chaussures et sa montre sont en tissus artisanal!

Le craquage shopping du marché... Merci Dagobert! et merci Céline pour la trouvaille textile du coin!

Le craquage shopping du marché… Merci Dagobert! et merci Céline pour la trouvaille textile du coin!

Et le soir nous allons dans un petit restaurant bio gouter le fameux açaï, un fruit local issu d’un palmier du même nom dont on fait une glace très bonne servie copieusement!

Le Pitanga, un des endroit préféré de Céline pour manger un açaï (bio "siou plait"!)

Le Pitanga, un des endroit préféré de Céline pour manger un açaï (bio « siou plait »!)

Le fameux açaï...

Le fameux açaï… Charlotte réussira-t-elle à tout manger??…

Du côté de la préparation de notre découverte de la culture du coton, l’organisation avance bien. Des amis de Céline et Fabio nous ont préparé un rendez-vous avec une coopérative qui cultive du coton biologique à Juarez Tavora, à 1h30 d’une grande ville de la côte, João Pessoa. Nous organisons notre déplacement et notre hébergement pour arriver dans la ville côtière le mardi après midi et rencontrer la coopérative jeudi.

Tout ce que nous savons c’est que nous sommes attendues jeudi matin à Joao Pessoa et que nous serons accompagnées d’une journaliste qui prépare un reportage pour la télé locale pour la rencontre des cotonculteurs.

Le lendemain nous irons découvrir les ateliers d’une styliste de Joao Pessoa qui utilise le coton de la coopérative de Juarez Tavora. Demain matin décollage à 5h50 de Goiania pour de nouvelles découvertes brésiliennes!…

Publicités

6 réflexions sur “Dextilation Brésil : pays du coton et de la broderie…

  1. onjour les aventurières du textile !
    Je réponds à la demande qui a été faite sur mon blog : les arbres dont il est question ne donnent, à ma connaissance, pas de fruits…
    Bonne continuation
    Monique et Yvan, Goiânia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s