La Renda Renascença a trouvé son Romero

 Un maestro de la mode amoureux de sa région, des dentelières au savoir faire séculaire : l’alliance parfaite entre tendances et traditions

« Eu adooooooro » ! « J’aiiiiiiime ! ». La phrase qui caractérise le mieux Romero Sousa. (Photo prise par Charlotte Joly)

« Eu adooooooro » ! « J’aiiiiiiime ! ». La phrase qui caractérise sans doute le mieux ce passionné du textile artisanal du Paraïba… (Photo prise par Charlotte Joly)

Romero est : producteur et directeur artistique de film, scénographe au théâtre, à la danse et au cinéma, coordinateur du département mode de la municipalité de João Pessoa, travailleur social, enseignant ET styliste-modéliste !

Mais c’est d’abord un enfant du pays qui a grandi à l’Ouest de l’État du Paraïba, là où la terre est rocaille et le soleil ardent. Après des études loin de la région de son enfance gardée dans son cœur, il est revenu aux sources pour mettre en valeur un de ses plus beaux trésors, la Dentelle Renaissance, « Renda Renascença » en portugais.

La Renda Renascença trône chez Romero en véritable œuvre d’art parmi tant d’autres…

La Renda Renascença trône chez Romero en véritable œuvre d’art parmi tant d’autres…

Un art qui se perd…

Irenelde vient de Camalaù, elle est en train de réaliser un tissu en dentelle entièrement à la main, pour la confection d’un haut. Il lui aura fallu environ une semaine pour réaliser cette pièce

Irenelde vient de Camalaù, elle est en train de réaliser un tissu en dentelle entièrement à la main, pour la confection d’un haut. Il lui aura fallu environ une semaine pour réaliser cette pièce.

« C’est un savoir-faire transmis de génération en génération, mais beaucoup moins maintenant. Le travail n’est pas assez valorisé. A cause du prix de vente trop bas, les jeunes ne veulent plus apprendre le métier ». Irenelde a disposé ses derniers travaux sur la table à côté de ceux de ses collègues.

La dentelle peut être simplement laissée en décoration sur un meuble, ou bien servir pour la confection d’un sac ou encore un top…

La dentelle peut être simplement laissée en décoration sur un meuble, ou bien servir pour la confection d’un sac ou encore un top…

Les dentelières regrettent que leurs travaux ne soient pas davantage appréciés à leur juste valeur.

Un si beau travail qui donne un tel sourire, ça n’a pas de prix…

Un si beau travail qui donne un tel sourire, ça n’a pas de prix… Photo prise par Charlotte Joly.

Un voyage dans le temps et l’espace

Romero rend visite à une dentelière de Cacimbinha (photo prise par Charlotte Joly)

Romero rend visite à une dentelière de Cacimbinha (photo prise par Charlotte Joly).

La technique est née au XVIè siècle, au beau milieu de la Renaissance, dans la lagune de Venise sur l’île de Burano. Elle s’est propagée au grès des migrations à la France, la Belgique, l’Angleterre… et le Brésil.

Réalisée à l’aide d’une aiguille, de fil et de ruban, et d’un patron reposant sur un coussin cylindrique, la Dentelle Renaissance est devenue un savoir-faire typique du Cariri, région située au sud de l’Etat du Paraíba. (Photo prise par Charlotte Joly)

Réalisée à l’aide d’une aiguille, de fil et de ruban, et d’un patron reposant sur un coussin cylindrique, la Dentelle Renaissance est devenue un savoir-faire typique du Cariri, région située au sud de l’État du Paraíba. (Photo prise par Charlotte Joly).

Camalaù, Monteiro, São João do Tigre (un puma local)… Autant de communes du Cariri qui riment aujourd’hui avec Renda Renascença.

Le Cariri c’est la zone géographique colorée en jaune, tout le reste représente l’Etat du Paraíba, avec sa côte Atlantique à l’Est et ses grandes étendues de plus en plus sèches vers l’Ouest, jusqu’au célèbre Sertão.

Le Cariri c’est la zone géographique colorée en jaune, tout le reste représente l’État du Paraíba, avec sa côte Atlantique à l’Est et ses grandes étendues de plus en plus sèches vers l’Ouest, jusqu’au célèbre Sertão, la zone la plus aride du Brésil.

En Europe comme au Brésil, cette tradition textile a bien failli disparaître. Encore pratiquée par des femmes en majorité issues d’un milieu très modeste et pour la plupart analphabètes, le geste a perduré à travers les siècles et continue son histoire…

Un mariage arrangé par des entremetteuses féministes

Traduction : « Des femmes qui produisent des savoirs et génèrent des revenus » _ « Du Cariri à la côte les femmes écrivent leurs propres histoires », à retrouver là : http://cunhanfeminista.org.br/wp-content/uploads/2014/09/gif.gif

Traduction : « Des femmes qui produisent des savoirs et génèrent des revenus » _ « Du Cariri à la côte les femmes écrivent leurs propres histoires », à retrouver là : http://cunhanfeminista.org.br/wp-content/uploads/2014/09/gif.gif

Demain, Romero Sousa, styliste de João Pessoa, rencontrera les dentelières du Cariri accompagnées par l’association Cunhã Coletivo Feminista (Collectif féministe Cunhã), une association de développement social.

Depuis 1996, Cunhã Coletivo Feminista œuvre au Paraíba pour l’émancipation des femmes, en agissant dans différents domaines comme la lutte contre la violence faite aux femmes, l’égalité et la démocratie, l’alphabétisation, la protection de l’environnement et l’insertion sociale par le travail… Pour en (sa)voir plus : http://www.cunhanfeminista.org.br/

Neudenis (à gauche, prononcer « néoudénisse »), éducatrice sociale, aux résultats de vote du référendum constitutionnel du Cariri Occidental pour la parité en politique et Lucia, coordinatrice de l’association Cunhã Coletivo Feminista, qui pose pour la campagne (photos d’ici https://instagram.com/p/s3Cp-YiZCr/?taken-by=cunhanfeminista et https://instagram.com/p/vn37aGCZAz/?taken-by=cunhanfeminista )

Neudenis (à gauche, prononcer « néoudénisse »), éducatrice sociale, participait aux résultats de vote du référendum constitutionnel du Cariri Occidental pour la parité en politique. Et Lucia, coordinatrice de l’association Cunhã Coletivo Feminista, posait pour la campagne (photos d’ici https://instagram.com/p/s3Cp-YiZCr/?taken-by=cunhanfeminista et https://instagram.com/p/vn37aGCZAz/?taken-by=cunhanfeminista ).

Sur les 5000 dentelières recensées dans la région, 4000 vivent encore sous le seuil de pauvreté, pour la majorité de vieilles femmes ou de jeunes mères qui restent attachées à ce savoir-faire ancestral.

Lucia, et Neudenis ont invité les dentelières à participer à un cours de modélisme. Pour ces femmes c’est la chance de redonner un coup de jeune à leur art et ainsi l’opportunité de se faire une place dans le monde impitoyable de la mode.

Des conditions de vie simples au rythme d’une nature capricieuse

Entre Santa Maria et Congo, photo prise par Charlotte Joly.

Entre Santa Maria et Congo, photo prise par Charlotte Joly.

Ce soir, après une longue route depuis la côte, Romero, Lucia et Neudenis camperont au pays des dentelières, à 1192m d’altitude. L’enfant du pays réalise enfin son rêve : dormir sur le toit du Paraíba. (Photo prise par Charlotte Joly)

Après une longue route depuis la côte, Romero, Lucia et Neudenis ont campé au pays des dentelières, à 1192m d’altitude. L’enfant du pays a réalisé son rêve : dormir sur le toit du Paraïba (Photo prise par Charlotte Joly).

Après une bonne nuit de sommeil, le convoi fait halte dans l’atelier d’une dentelière, autrement dit chez elle…

Romero et notre dentelière-fournisseuse officielle de friandises devant sa maison

Romero et notre dentelière-fournisseuse officielle de friandises devant sa maison.

Dans cette région aride où la principale activité reste l’élevage, les dentelières sont pour la plupart agricultrices.

Farniente, quelque part dans la campagne de Santa Maria (Photo prise par Charlotte Joly)

Farniente, quelque part dans la campagne de Santa Maria (Photo prise par Charlotte Joly)

L’occasion de s’approvisionner en « queijo coalho », un fromage au lait de chèvre qui peut être grillé au barbecue sans couler, et en « carne do sol », une viande de bœuf boucanée et salée sans modération : deux friandises dont raffolent les brésiliens du Nordeste.

Neudenis est entrée admirer le travail en cours : un haut réalisé avec du fil de coton naturellement coloré (une autre histoire racontée )

Neudenis est entrée admirer le travail en cours : un haut réalisé avec du fil de coton naturellement coloré (une autre histoire racontée ici )

La confection de dentelle, qui nécessite beaucoup de temps et de patience, complète idéalement les journées d’une éleveuse de chèvre.

Une double activité bienvenue dans une région particulièrement touchée par la pauvreté où la sécheresse est la principale cause de famines à répétition.

Ce barrage, à 15 minutes de route du campement de la veille, est complètement à sec après trois années sans pluie.

Ce barrage, à 15 minutes de route du campement de la veille, est complètement à sec après trois années sans pluie.

Un nouveau jour au Cariri

Après une échappée dans le monde des dentelières du Cariri, Romero arrive au lieu de la rencontre.

La réunion a lieu au paradis… Paraìso da serra pour être exacte, une « posada » (auberge typique du Brésil) perchée au dessus du fleuve Paraíba (« paraïwa » en langue tupi, « impraticable à la navigation »).

La réunion a lieu au paradis… Paraìso da serra pour être exacte, une « posada » (auberge typique du Brésil) perchée au dessus du fleuve Paraíba (« paraïwa » en langue tupi, « impraticable à la navigation »).

C’est maintenant au tour de Romero de faire découvrir son univers.

28 femmes sont là, venues de Monteiro, São João do Tigre, Santa Maria, Camalaù, Cacimbinha, ou encore Congo, la ville la plus proche (Photo prise par Charlotte Joly).

28 femmes sont là, venues de Monteiro, São João do Tigre, Santa Maria, Camalaù, Cacimbinha, ou encore Congo, la ville la plus proche (Photo prise par Charlotte Joly).

Le styliste rend d’abord hommage à la nature et aux paysages de la région  (maisons traditionnelles, soleils, cactus, fleurs…) dont s’inspirent les broderies traditionnelles du Cariri.

Paysage typique du Nordeste, toile d’Antonio Carneiro trouvée sur la page facebook « Artist » : https://www.facebook.com/BSFartist

Paysage typique du Nordeste, toile d’Antonio Carneiro trouvée sur la page facebook « Artist » : https://www.facebook.com/BSFartist .

Puis il montre son travail dans lequel il utilise régulièrement de la Dentelle Renaissance.

Chaussures présentées sur le site de Romero Sousa (à gauche avec du coton naturellement coloré): http://www.romerosousa.com/2015/02/colecoes-comparoni.html et http://www.romerosousa.com/2015/02/colecoes-comparoni.html

Chaussures présentées sur le site de Romero Sousa (à gauche avec du coton naturellement coloré): http://www.romerosousa.com/2015/02/colecoes-comparoni.html et http://www.romerosousa.com/2015/02/colecoes-comparoni.html .

Romero travail également à la valorisation de cette dentelle en collaboration d’autres noms de la mode, en particulier Francisca Vieira (une autre histoire racontée ici).

Puis le groupe passe aux travaux pratiques. Il s’agit maintenant d’unir les compétences de chacun pour développer les compétences des dentelières et professionnaliser encore un peu plus leur activité.

Une dentelière a apporté le dernier prototype que Romero lui a commandé : une pièce réalisée en trois dimensions.

Une dentelière a apporté le dernier prototype que Romero lui a commandé : une pièce réalisée en trois dimensions.

La dernière innovation imaginée par Romero permettra aux modèles de mieux épouser les courbes du corps. Avec cette nouvelle technique, il espère stimuler la créativité des dentelières.

La rencontre sera aussi l’occasion d’un cours de modélisme.

La rencontre sera aussi l’occasion d’un cours de modélisme.

De quoi donner un nouveau départ à la Renda Renascença… et mettre la mode à ses pieds !

 

Les travaux des dentelières du Cariri sont à retrouver sur le web…

Bienvenu dans la vitrine virtuelle des Dentelles Renaissance du Cariri : http://www.cunhanfeminista.org.br/vitrine-virtual-divulga-os-produtos-de-grupos-de-mulheres-paraibanas/

Une blouse sur laquelle j’ai particulièrement fondu avec des yeux de merlan frit : http://www.cunhanfeminista.org.br/vitrine/blusa-regata-branca-de-renda-renascenca-sem-foro-interno/

Vidéo de présentation de la vitrine virtuelle (en portugais mais on comprend très bien l’essentiel, un lien direct entre les dentelières et les consommateurs _ NOUS_) : https://www.youtube.com/watch?v=T43HzWjwFZU

Merci à…

Romero, pour m’avoir emmené quelques jours dans son univers,

Alissom et Chota, pour l’accueil à Paraiso da serra et la visite de la réserve écologique APA (Aréa de Proteção Ambiental) das Onças (les jaguars en portugais), une aire de 36 000 ha où vivent de nombreuses dentelières,

Lucia et Neudenis, ces formidables éducatrices sociales-entremetteuses qui m’ont permis de rencontrer les dentelières du Cariri,

Et Charlotte, pour les images, encore et toujours !

Pour contacter Romero ou les entremetteuses féministes du Cariri

Romero Sousa : http://www.romerosousa.com/ romerosousa@hotmail.com

Lucia, coordinatrice de l’association Cunhã Coletivo Feminista : lucia@cunhanfeminista.org.br 55 83 99 18 70 47

Et Neudenis, éducatrice sociale : neudenismaria@gmail.com

Quelques lectures pour aller plus loin :

Tissages de la voix : culture et mémoire de la « Renaissance » par la voix des dentellières de Paraíba, Brésil, par Ingrid Farias Fechine Oliveira (Farias Fechine) : http://www.theses.fr/2010PA100100

Site présentant le contexte socio-économique et les opportunités de développement de la dentelle du Cariri : http://www.paraiwa.org.br/rendas/index.htm

Livre sur la Dentelle Renaissance (Dentelle irlandaise) en France : https://www.cs.arizona.edu/patterns/weaving/books/dmc_ldr-1.pdf

Site sur la dentelle vénitienne : http://www.venicethefuture.com/schede/fr/228?aliusid=228

Vidéos :

« Renda Renascença, de São João do Tigre au monde entier », la Dentelle Renaissance sur les podiums (chaussure de Romero à la deuxième minute) : https://www.youtube.com/watch?v=UbqfMsqfTNo&feature=youtu.be

Vidéo de présentation de la vitrine virtuelle : https://www.youtube.com/watch?v=T43HzWjwFZU

Publicités

2 réflexions sur “La Renda Renascença a trouvé son Romero

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s