Etapes d’une expo-photo de Bayonne à Capbreton.

Vue sur la côte basque depuis les hauteurs de la Rhune

Vue sur la côte basco-landaise depuis les hauteurs de la Rhune : en arrêtant le regard au fond à droite, on devine la limite entre les deux pays. Les collines vertes basques laissent place à un océan de forêt bleutée, la forêt des Landes, la plus grande d’Europe.

Pour exposer des photos de mode, il faut d’abord prendre des photos…

Pendant la quinzaine du commerce équitable 2016, le Collectif CANDIDE proposait un atelier photo-relooking avec les créateurs de mode du Printemps équitable de Bayonne. Un rendez-vous annuel organisé par Le Marché Équitable de Bayonne. Les photos étaient exposées 5 jours plus tard à Capbreton dans le restaurant Le Barrio avec Intext Capbreton.

Un itinéraire plein de rencontres entre Landes et Pays Basque…

Passer des Landes au Pays Basque, c’est comme se retrouver dans un remake de bienvenu chez les ch’ti : changement radical d’atmosphère assuré! La plaine interminable de forêt de pins laisse place aux collines d’un vert presque tropical. On a même droit parfois à la scène mythique du film nordiste, à hauteur du panneau de bienvenue au Pays Basque : soudain, il pleut! Le pays est connu pour son micro-climat particulièrement arrosé. Et la terre basque le rend bien : du vert partout sur un ciel bien souvent bleu malgré tout (c’est le Suuuuud…).

Arrivée à Bayonne, on installe le studio sous une tente avec des volontaires passionnés de photo… Ce jour là, vent et pluie!

IMG_0183

Mise en place matinale avec des membres du club photo de Dax… A gauche, Alain Stab, amateur de street art, à droite Jean-Pierre Barbecanne spécialisé dans les photos de modèles.

Le studio monté, la séance commence. Entre deux poses étudiées pour rappeler une affiche de film (à voir ici), les clichés s’enchainent dans la bonne humeur avec quelques improvisations .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les créateurs du Printemps Équitable de Bayonne font de leur métier un mode de production respectueux des hommes et de la planète. Matières écologiques, confection artisanale à prix juste, récup’… Autant de créateurs que de manière de rendre la mode plus belle durablement :

A-Freak-A (PAP en coton bio-équitable confectionné au Sénégal), Akwaba Créations (sarouels uniques faits maison), 69 rue Joséphine (mode vintage fait maison), 13 impasse de l’avenir (chapeaux vintage faits maison), OH! (Orratzetik Hari, collectif de couturières du Pays Basque), Bijoux Layli Pachamama, Rion (accessoires cousus à Hendaye), Création Mimimohair (top et accessoires faits main « de la fibre aux aiguilles »), Femme de Pirate (Bijoux et accessoires cheveux), La Fée Pochette (petite maroquinerie créative), Hortense de Biarritz (Bijoux en fleurs naturelles), ASPAL (Association de Solidarité avec les Peuples d’Amérique Latine), L’aiguille d’Ceriiz (créations 100% artisanales et françaises).

Après la séance le marché organisait un défilé de mode et Jean-Pierre, le photographe de modèle, a changé de décor…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après la séance photo à Bayonne, direction Capbreton et le restaurant le Barrio qui exposera les photos-affiches. Tous les jeudi, Laurent, le créateur de la page Intext Capbreton y organise des vernissages d’artistes locaux.

Du 19 au 26 mai, c’était le tour de nos photos de mode éthique. Jean-Pierre se chargeait du tri, de la sélection et des retouches, restait le développement et l’encadrement. Deux étapes de vadrouille locale et solidaire…

Gérard Potvin, le responsable de l’établissement a soutenu la démarche de l’expo en nous ouvrant la caverne d’Ali Baba de Emmaüs  Tarnos .

Les cadres à l’entrepôt attendront, déjà midi, la boutique ferme. Le chef des compagnons m’invite à partager le repas avec eux, avant la réouverture. Un repas improvisé qui me permet de mieux connaître de cette vielle institution.

Ici on vit ensemble, entre compagnon. Emmaüs offre un toit, des soins et le couvert à des femmes et des hommes pour la nuit, quelques mois voire plus. La structure fonctionne grâce aux dons de particuliers et professionnels qui sont triés, remis en état quand nécessaire et vendus par les compagnons. C’est le produit de ces ventes qui fait vivre tout ce monde. Gérard, dans la voie tracée par l’Abbé Pierre, s’efforce de poursuivre le chemin de l’institution fièrement. « Ici nous vivons exclusivement du fruit de notre travail », Emmaüs ne reçoit aucune subvention et base son activité sur la générosité gratuite. Humblement et à son échelle, il accueille avec chaleur une cinquantaine de compagnon.

Ce midi juste après le repas un homme l’interpelle. Il est arrivé ce matin et veut savoir s’il y a une place pour lui. Gérard lui dira non. Le bâtiment pourrait accueillir davantage de monde mais nécessiterait des travaux conséquents que la maison ne peut financer dans l’immédiat. Son responsable aimerait faire plus, il prévoit aussi d’accueillir certains migrants de Calais, pour aider les compagnons du Nord qui font face seuls à l’affluence. Emmaüs c’est aussi une ouverture à l’international. Ce midi trois compagnons arrivent du Bénin pour récupérer parmi les dons de quoi répondre aux besoins locaux. Un container sera expédié à Cotonou bientôt.

Quand je lui parle de la démarche des photos prises à Bayonne et de l’exposition prévue à Capbreton, Gérard fait don des cadres. Il ne me reste plus qu’à choisir dans la salle aux trésors ceux qui exposeront nos photos du marché.

Merci Gérard pour ton accueil et les beaux cadres offerts, je continue ma route chez l'imprimeur...

Merci Gérard pour ton accueil et les précieux cadres offerts, je continue ma route chez l’imprimeur…

Les cadres sont prêts, les photos seront développées à quelques bornes de là.

A Souston on trouve de belles plages, un cultivateur de cacahuète… et une imprimerie artisanale. Ici emploi local garanti et on veille à respecter l’environnement. Les machines fonctionnent avec des encres à l’eau et le papier est issu de forêts gérées durablement. L’imprimerie d’Albret est dirigée par Marie-Hélène Roques. Passionnée par son métier elle travaille aussi bien avec de grands hôtels et restaurants de la région ou des artistes que des particuliers. Son équipe ressemble à une vraie famille. Chacun connaît et apprécie son travail. Les sites d’impression en ligne et leur pression des coûts de production ne peuvent rivaliser avec le goût des choses bien faites et du contact humain qu’apporte cette entreprise.

Un marché qui propose une mode locale et solidaire, un photographe bienveillant avec ses modèles, une association d’aide aux personnes sans abris, un restaurant et un organisateur d’expositions hebdomadaires accueillant. Toutes ces rencontres ont donné l’expo de photos-affiches de film à retrouver ici.

expobarrio

Merci au Barrio et à Intext Capbreton pour l’accueil des photos!

Publicités

2 réflexions sur “Etapes d’une expo-photo de Bayonne à Capbreton.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s