Vivre de sa passion ou la valeur des choses faites avec amour…

img_0153

Quand on aime on ne compte pas, mais si l’argent ne fait pas le bonheur, comment ne pas le faire entrer dans l’équation de nos choix de vie ?

Quelle valeur donner à un tissu fabriqué avec des matières premières et sur des machines qui demandent investissement et entretien? Et quel prix est-on prêt à payer pour cela? C’est le temps d’un cours de couture que cette interrogation m’est parue un peu plus claire… Quoi que…

img_0985

Ce matin Dominique m’apprend comment réaliser un rideau, de la prise des mesures à la couture en passant par la découpe du tissu. En laissant aller la machine sur les tissus assemblés, je retrouve cette sensation de lâcher prise qu’il y a dans un mouvement de danse intégré par le corps ou dans la vague qui a bien voulu se laisser prendre par le surfeur. Un grand moment de… wouaaaaaaaaah… Et d’un coup je vois ma grand-mère si sage et raisonnable en junkie de la couture : finalement je comprends les accros de la machine à coudre!

Ma professeure reçoit une cliente qui vient récupérer une veste laissée en retouche. La cliente satisfaite du travail lui demande de reproduire le modèle dans un tissu différent. Avec son expérience, Dominique lui indique le prix qu’il en coûtera et la cliente accepte, heureuse à l’idée de retrouver sa veste préférée dans le tissu de son choix.

D’un côté il y a Dominique, enthousiasmée par ce nouveau challenge (réaliser un habit et vivre de sa passion), de l’autre sa cliente (heureuse de pouvoir réaliser son rêve de veste parfaite). Et entre les deux il y a moi qui me demande où se trouve le juste prix dans tout ça…

Et la réalité est ailleurs. Dominique me confie qu’en fait, en comptant le nombre d’heures qu’elle passera juste pour concevoir le patron à partir de la veste finie, puis la couture, la valeur de cette veste est nettement plus élevée que celle indiquée à sa destinataire. Mais la valeur réelle en deviendrait « hors de prix ». Alors pourquoi accepter de faire cette veste en dévalorisant l’ampleur du travail fourni? Par passion, parce que Dominique aime son travaille? Pour rendre son métier accessible à ses clientes? Le mystère reste entier pour moi sur l’équilibre à trouver entre ce que l’on fait avec passion mais aussi avec nécessité…

Et si finalement le prix des choses n’était qu’un moyen de partager nos vies? C’est une question qui me laisse trop pensive pour y trouver une réponse claire ici.

En attendant, je repars avec un nouveau rideau fait d’un tissu acheté à un artisan, qui tisse pour nourrir sa famille, doublé d’un tissu de la mercerie du « quartier » De filles en fil, fabriqué en France et cousu par mes mains grâce à la bienveillance d’une professeure généreuse. Tout un monde dans un rideau grâce à la couture : ma passion à moi!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s